À yeux clos [3]

Suite de la série « à yeux clos ». Après les petits leporellos (dont les dessins ont été réalisés, dans un premier temps, les yeux fermés), voici que le projet se métamorphose quittant le champs du dessin pour celui de la lithographie.

Après avoir créé des petits livres accordéons aux crayons gris, puis aux crayons de couleurs, voici que je continue sur le même sujet, mais en lithographie cette fois!

D’abord quelques petits essais (format 12x12cm):

Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama

Ensuite on agrandit un peu (21x21cm):

Et enfin on agrandit encore (50x60cm)

Histoire à suivre 😉

Articles en lien avec la gravure:

Let’s dance!

Il faut bouger votre body! voici quelques figures de danse bien inspirantes 😀

Techniques:

  • Têtes: impression (sur les presses de l’atelier KASBA) d’anciens clichés zoologiques ayant appartenu au muséum des sciences naturelles de Bruxelles,
  • Corps; aquarelle et gouache.

fig. 1: water closed

fig. 2: le coucou tyrolien

fig. 3: la grenouille de bénitier

fig. 4: la musaraigne contente

fig. 5: l’anguille

fig. 6: la tulipe qui s’ouvre au printemps 🌷 🌷🌷

fig. 7: l’arbre de Noël athlétique 🎄 🎄 🎄🤸🏻‍♀️

fig. 8: Rollator 2000

Articles similaires:

Fraîchement imprimée

Certains jours, après une longue journée de travail, on sort de l’atelier le moral gonflé à bloc, avec le sentiment d’avoir bien travaillé… c’était mon cas ce jour-là 😉

Voici les différentes étapes d’impression d’une petite pointe sèche sur cuivre (de la série « Carnations » ) imprimée sur les presses de l’atelier KASBA à Bruxelles.

L’encrage

La pointe sèche est une technique de gravure dite en creux; on va, avec une pointe, creuser des sillons dans le métal, et c’est l’encre qui restera dans les creux qui viendra s’imprimer sur le papier… la première action sera, avec de la tarlatane, d’encrer toute la plaque.

L’essuyage

Les prochaines étapes consisteront à enlever les couches d’encre superficielles en laissant l’encre qui est dans les creux. Tout d’abord on enlève le plus gros avec un bout de tarlatane un plus propre.

Magie! l’image apparait!!!

On enlève ensuite la couche plus fine d’encre avec du papier de soie.

Et on fini en enlevant le dernier petit voile d’encre qui reste avec la paume de la main (cette étape, la plus cruciale, s’appelle le paumage).

Une fois la plaque prête, il ne reste plus qu’a l’imprimer 🙂

Séchage du papier

Mais avant de passer sous la presse, il faut sécher le papier (que l’on laisse tremper plus au moins longtemps selon le type de papier).

Il est important que le papier a été mouillé, pour le rendre plus souple et l’aider à venir chercher l’encre qui est dans les creux.

Enfin prêt pour l’impression!

Dernière étape, l’impression! On place la plaque sur le plateau de la presse, le papier sur la plaque, le lange (ou feutre) entre le papier et le rouleau, et on tourne!!!

On peut enfin découvrir le résultat de notre labeur…

La gravure sera ensuite mise à sécher une semaine ou deux entre des cartons et des papiers buvards (pour qu’elle reste bien plate).

Et maintenant, on recommence tout depuis le début! (j’ai fais pour cette plaque 4 impressions) 😀

Articles similaires:

Les zoziaux

Ayant découpé 4 petits linos, mais sans savoir quoi y faire, je m’en vais prendre l’air à la recherche d’un peu d’inspiration …

Et là, au bord de l’étang situé non loin de KASBA, je vois une aigrette!

Voilà le point de départ de cette petite série…

À retrouver : la Grande aigrette, le Foulque macroule, le Fuligule morillon et enfin la Bernache du Canada.

Articles similaires: