Poins, lignes, plis

Aborder la « non-figuration » avec les enfants n’est pas toujours évident. Mode d’expression premier pour les enfants en bas âge, elle peut sembler rétrograde pour les plus grands.

Et cela sans compter sur la sempiternelle activité « à la manière de Mondrian » qui, non contente de limiter la démarche de l’artiste à un simple coloriage de carrés colorés et de lignes noires, contribue à rendre parfaitement barbante l’expérience abstraite chez les enfants.

Voici un atelier réalisé avec mes groupes 6-8 ans de l’École des Beaux-Arts de Wavre autour de petits montages abstraits. Atelier qui a assez bien fonctionné…

1. Points

Pour cette première étape j’ai distribué aux enfants quatre feuilles.

En les comptant ensemble au fur et à mesure, je leur ai demandé de dessiner sur ces feuilles une série de points (en essayant de les répartir une peu partout sur la feuilles, bords y compris)

Il a fallut ensuite relier tous ces points

2. Lignes

Ça a été ensuite, au verso de ces feuilles, un peu le festival de la ligne:

Première feuilles: La ligne la plus longue du monde

La consigne étant de faire, à l’arrière de la première feuille, la ligne la plus longue du monde :

Et c’est je crois, à ce petit jeu, Mathéo qui a gagné 😉

Deuxième feuilles: Les formes

Avec des tracettes de fortune*, j’ai demandé aux enfants, à l’arrière de la deuxième feuille, de tracer des formes, ou des bouts de formes, en les superposant.

Après cela ils ont dû colorier certaines intersections entre les formes.

*Pour la petite histoire, les tracettes sont la récupération d’éléments qui entourent les pièces en carton des jeux neufs et que généralement on jette.

Troisièmes feuilles: les scraboutcha!

D’abord petits, puis moyens, puis grands, la consigne était de remplir sa feuilles de scraboutchas…

Et sur la quatrième feuilles? On mélange tout!

3. Plis

Pour l’étape suivante, on a tout d’abord repris le recto des feuilles (le côté avec les points et les lignes). En découpant les lignes les plus proches des bords, les enfants ont dû créer des formes abstraites.

Enfin cette question: comment passer de quelque-chose de plat (2D) à un volume (3D)?

En pliant pardi!

Les formes obtenues ont été ensuite pliées et collées toutes ensemble, puis accrochées au mur…

Cliquez sur une image pour ouvrir le diaporama

FIN 🙂

Articles similaires:

Suivez-nous

La cabane du Loup

Se promenant dans la forêt, les braves animaux ne savent pas que se cache, derrière ces arbres denses, la cabane de la famille Loup.

Atelier proposé à des enfants entre 6 et 8 ans.

S’inspirant d’un atelier riso animé conjointement avec la bibliothèque de Boitsfort (qui a aussi inspiré le livre auto-éditié promenons-nous), et après avoir réalisé, avec mes élèves de l’École des Beaux-Arts de Wavre, une série de petits loups en vacances, nous avons continué sur le thème du loup en créant des petits « livres-cabanes ».

Chaque élève a reçu une feuille pliée en deux. Je leur ai demandé d’y dessiner, des deux côtés, une forêt en bichromie (ce qui veut dire qu’ils ont dû choisir deux couleurs pour faire tous les arbres):

Ils pouvaient aussi y ajouter les animaux de leur choix:

Ensuite, il a fallut les plier et les découper (vous retrouvez les instructions de pliage dans l’article « promenons-nous« ) afin de créer le petit livre-cabane.

À l’extérieure la forêt, et à l’intérieur…

La cabane tout confort du loup 😉

Et maintenant les loups, revenus de leurs voyages, peuvent paisiblement recouvrer leurs pénates et savourer un repos bien mérité 🙂

Articles similaires: