à yeux clos [2]

Prenant pour thème le paysage, « à yeux clos » est une série de petits leporellos dont les dessins ont été réalisés, dans un premier temps, les yeux fermés. Voici les troisième et quatrième livres, colorés cette fois-ci, de la série.

A) Troisième livre

Réalisation:

Avec des crayons de couleurs gras j’ai confectionné mon « papier carbone » maison. Je l’ai ensuite posé face coloriée contre la page vierge de mon futur petit livre:

Les yeux fermés, j’ai dessiné à l’arrière de mon « papier carbone » un paysage aléatoire. Là où j’ai dessiné, le trait se transfère en couleur dans les pages du livre:

Ce premier état a servi de base au dessin final, je l’ai retravaillé, les yeux ouverts cette fois-ci:

Et voilà le résultat final:

B) le quatrième livre

Cet exemplaire fait partie des œuvres acquises par la bibliothèque de Mons (Belgique), et y est normalement consultable (mais mieux vaut se renseigner avant).

C) Et en Bonus, quelques autres dessins réalisés dans le même esprit:

Articles similaires:

Bégonia

Comme avec le confinement, j’ai plein de temps, je me suis mis à faire les choses que je veux faire, sans jamais vraiment trouver le temps de le faire…

Aujourd’hui une petite nature morte. Ce dessin s’est fait en deux phases: première phase le contour, en essayant de regarder le moins possible la feuille et le plus possible le sujet. Deuxième phase, la surface, en inversant la dynamique (regarder plus la feuille et moins le sujet).

Articles similaires:

Ma famille Tête d’Œuf

Une boîte à œufs, une photo, pourquoi ne pas recréer ta famille en marionnettes à doigts? (fais juste attention aux monstres intergalactiques).

En reprenant l’idée développée dans l’article « jeux de doigts » de créer des marionnettes à doigts à partir des cônes se trouvant dans les boîtes à œufs, voici une nouvelle proposition facile à réaliser avec les enfants.

Il te faut

  • Une boîte à œufs
  • De la peinture (idéalement gouache ou acrylique)
  • Une photo de famille dans laquelle tu peux découper
  • De la bonne colle (colle blanche, colle de bricolage, colle de reliure…)

Regarde la vidéo, et puis suis les instructions ci-dessous

1- Découpe et peint le cône

2- Découpe dans la photo une tête

Je décide ici de faire ma chère et tendre Tatie Jacqueline.

3- Colle la tête sur le cône

Tu peux aussi ajouter des bras, des jambes, ou tout autre accessoire de ton choix.

Attention: Utilise de la colle faite pour le bricolage! Sinon ta marionnette perdra vite la tête…

4- Fais le reste de ta famille

Selon les photos que tu trouves, tu peux faire toute ta famille, allant des personnes proches que tu aimes le plus, comme mon oncle Gérard ou le cousin André:

En allant jusqu’aux membres les plus éloignés (ça fait tellement longtemps que je n’ai plus vu ce cher BlubLurgGdftrluF):


Articles similaires:

Jeux de doigts

Que faire avec des boîtes à œufs vides? Des petites marionnettes à doigts pardi! Et tu peux imaginer tous les personnages que tu veux!

Voici une idée d’atelier simple à réaliser, qui ne demande pas beaucoup de matériel, et qui ravira les enfants!

Il te faut

Surtout (pour faire une marionnette très simple):

  • Une boîte à œufs
  • De la peinture (idéalement gouache ou acrylique)

Mais aussi (pour faire une marionnette plus compliquée):

  • Du papier
  • De la bonne colle (colle blanche, colle de reliure…), et de la colle forte ou un pistolet à colle si tu souhaites ajouter des éléments plus lourds
  • De la laine, du fil de fer, des boutons, etc.

Regarde la vidéo, et puis suis les instructions ci-dessous

1- Découpe un des cônes se trouvant dans la boîte à œufs

Découpe le bas en fonction de la taille de ton doigt.

2- Peins le cône

Imagine quel personnage tu souhaites faire (un humain, un animal, un monstre bizarroïde…) et commence à peindre le cône en imaginant les détails.

Attention: Commence d’abord par les plus grosses parties (robe, peau, etc) puis ajoute des détails (yeux, petites fleurs).

Si tu ajoutes des détails sur une partie déjà peinte, attends bien avant que la peinture soit sèche avant de peindre par dessus!

Pour ne pas passer trop de temps à attendre, tu peux faire plusieurs marionnettes en même temps.

Et voilà! On a déjà la marionnette de base! Mais je suis certain qu’on peut faire mieux!

On va continuer en collant d’autres détails…

3- Et hop, chez le coiffeur!

Tu peux ajouter des cheveux à ton personnage. Découpe des bouts de laine et fais un nœud au bout pour les attacher tous ensembles.

Et puis enfonce le nœud dans la tête du personnage (il y a généralement un trou au dessus des cônes, si il n’y en a pas à toi de le faire).

Si tu souhaites avoir des cheveux plus fins, tu peux essayer de détordre les bouts de laine.

Mets un peu de colle pour bien faire tenir le tout.

4- Les jambes et les bras

On va ajouter maintenant des jambes et des bras découpés dans du papier.

Attention: Utilise de la colle faite pour le bricolage! Sinon ta marionnette perdra vite ses jambes et ses bras…

Pour faire tenir les éléments en attendant que la colle sèche, tu peux t’aider d’une épingle (que tu enlèveras ensuite).

5- Chapeau l’artiste!

Avec de la colle forte ou un pistolet à colle (mais attention à ne pas te brûler!) tu peux aussi ajouter des éléments plus lourds, comme un bouton, des perles, etc.

Ici, il lui manque clairement son chapeau!

Et voilà, notre marionnette est prête!

6- Variantes

On peut imaginer tout un tas de variantes!

Pourquoi ne pas faire ta famille Tête d’Œuf? Découpe dans des photos que tu peux utiliser les têtes des personnes que tu aimes, et colle-les sur les cônes de carton.

Pour le chevalier qui suit, j’ai plié une feuille de papier, j’y ai découpé la tête (en gardant une petite partie du pli), et je l’ai collée sur le dessus du cône.

Pour la queue du chat, j’ai fait un trou dans le carton, et j’y ai enfoncé un bout de fil de fer poilu (que j’ai plié et collé à l’intérieur de la marionnette).

Et si tu es habile, tu peux aussi faire des fentes dans le carton, et y glisser des éléments en papier (comme pour les bras et les antennes-yeux de l’extraterrestre). Il faut juste penser à faire les éléments un peu plus long, car tu vas devoir plier et coller une petite partie à l’intérieur du cône.

7- Quelques exemples réalisés par des enfants

Les réalisations d’Astrid et de toute sa famille:

Et voici les petits extraterrestres d’Anna et Céleste et le chevalier et sa dame de Charlie:

8- Bonus

Voici une autre idée de marionnette à doigts tirée du livre « Jeux et jouets », édition du Fanal, 1979.


Articles similaires:

Méli-mélo

Trois personnages très différents se mélangent dans un petit jeu de méli-mélo…

Regarde d’abord la vidéo et puis suis les instructions ci-dessous:

1- Divise la feuille en trois parts égales

2- Retourne la feuille et plie-la en trois

En suivant les lignes que tu as tracées.

Ça doit ressembler à un « U »

La feuille est donc divisée par les plis en 3 parties, une à gauche, une au milieu, et une à droite.

3- En traçant deux lignes horizontales, divise les parties de gauche et de droite en 3

Attention, ne trace pas au milieu!

4- Découpe les quatre lignes et replie le tout

5- Dessine ton premier personnage

En commençant par la tête sur la première partie.

Dessine ensuite au milieu le buste (c’est-à-dire les épaules, les bras et le ventre).

Et enfin, les jambes.

6- Ouvre les différentes parties, et dessine au fur et à mesure des repères.

Ils t’aideront ensuite à placer les parties du corps de tes autres personnages au même endroit.

Tu peux dessiner ton deuxième personnage! (essaie de faire des personnages assez différents, pour que le jeu de mélimélo soit plus amusant).

7- Tu sais ce qu’il te reste à faire pour ton troisième personnage!

Et voilà, ton méli-mélo est prêt ! Maintenant à toi de jouer…

8- Bonus

Tu peux aussi retourner ton Méli-Mélo et replier les languettes dans l’autre sens… À toi maintenant de créer trois nouveaux personnages.

Articles similaires:

Let’s dance!

Il faut bouger votre body les amis! Pour vous y aider, voici quelques figures de danse bien inspirantes 😀

Techniques:

  • Têtes: impression (sur les presses de l’atelier KASBA) d’anciens clichés zoologiques ayant appartenu au muséum des sciences naturelles de Bruxelles,
  • Corps; aquarelle et gouache.

fig. 1: water closed

fig. 2: le coucou tyrolien

fig. 3: la grenouille de bénitier

fig. 4: la musaraigne contente

fig. 5: l’anguille

fig. 6: la tulipe qui s’ouvre au printemps 🌷 🌷🌷

fig. 7: l’arbre de Noël athlétique 🎄 🎄 🎄🤸🏻‍♀️

fig. 8: Rollator 2000

Articles similaires:

à yeux clos

Voici quelques petits paysage réalisés les yeux fermés.

(bon, même si je l’avoue j’ai quand-même jeté de temps en temps un petit coup d’œil à ce que je faisais).

A) Livre 1

B) Livre 2

Ce livre (ainsi que d’autres de mes livres) est consultable au CLA (collection de livres d’artistes de la bibliothèque de Watermael-Boitsfort).

Articles similaires:

Roman photo

Voici un cours que j’ai proposé il y a quelques années déjà à mes élèves ados (11-12ans) de l’École des Beaux-Arts de Wavre… En partant du thème de la parodie, nous avons revisité quelques romans photos on ne peut plus vintage…

1 – La parodie

Il était important tout d’abord de bien saisir ce que l’on entend par « parodie », nous avons donc commencé par quelques petits exemples. Et rien de tel qu’une couverture de cette bonne vieille Martine pour bien faire comprendre de quoi on parle 😉

D’autres exemples en cliquant ici

Autre exemple de parodie qu’ils avaient à l’époque adoré, « Pamela », un feuilleton radiophonique à l’eau de rose infesté par un virus poético-trash, par Sebastian Dicenaire (à découvrir en cliquant ici).

2 – Des cases à remplir

Pour cet exercice, je me suis amusé à vider des phylactères par paires de planches qui se suivent d’anciens romans-photos (vous pouvez toutes les télécharger en cliquant ici).

La consigne étant de simplement venir y recréer des dialogues parodiques. Malheureusement, malgré des fouilles archéologiques pour préparer cet article, je n’en ai retrouvé que quelques-uns que voici:

3 – Bonus

Ce travail sur le roman photo et la parodie était le préambule à la création de petites BD… Ici aussi je n’en ai malheureusement retrouvé que deux, tout d’abord une petite plage de pub 😉

Et puis un peu d’action:

Articles similaires:

Le château du roi Rutabaga

Un monstre, endormi depuis des siècles dans sa grotte se réveille. Pas de chance pour le pauvre roi Rutabaga et son étrange château!

Cet atelier a été proposé à des enfants entre 6 et 12 ans, et a comme point de départ l’histoire du pauvre roi Rutabaga que voici:

Il était une fois, il y a très très très très très très très très très très longtemps, un roi (le roi Rutabaga Ier) qui, pour construire son château fort, jeta son dévolu sur une magnifique colline où se trouvait l’entrée d’une grotte.
Désireux de construire un château futuriste qui épaterait la galerie, notre intrépide bâtisseur décida de prendre conseil auprès de Théodorus l’enchanteur, magicien-alchimiste de la cour.

Théodorus avait en effet un don, celui de voyager, en rêve, dans le futur.

Prenant nos usines d’aujourd’hui pour les somptueux palais de demain, il les décrivit en détail aux architectes de la cour, qui durent s’en inspirer pour construire un château fort à l’allure on ne peut plus singulière.

Avant-projet d’un architecte adorant la couleur
Le roi Rutabaga peint avec son étrange château

Ce que tout ce petit monde ne savait pas, c’est que dans la grotte, dont l’entrée fût bouchée pour construire le château, sommeillait depuis plusieurs siècles un monstre terrible, haut comme trois forteresses, et de fort mauvais poil au lever.

Ce monstre était aussi « polymorphe », c’est-à-dire qu’il changeait d’allure selon la personne qui le regardait, prenant les traits de la chose la plus hideuse et terrifiante pour cette personne.

Après avoir mangé un bon bol de petits enfants séchés avec du lait, et traîné un peu sur Fessedebouc® (le réseau social des monstres), notre effroyable ami décida, après tous ces siècles, d’aller prendre un peu l’air. Mais là, surprise, l’entrée de sa grotte avait été bouchée

Et c’est là que l’activité commence!

Nous allons représenter le moment où le monstre furieux sort de sa grotte et se retrouve en plein milieu du château, on va donc commencer en préparant le château et le monstre.

Il te faut:

  • Un morceau de carton (qui servira pour faire le sol, sa taille dépendra donc de la taille que tu veux pour le château)
  • Du matériel de dessin (crayons, feutres, fluos, etc.)
  • Du papier coloré (si tu n’en as pas tu peux toujours en faire toi-même en coloriant une feuille de papier)
  • Des images d’usines et de châteaux (tu en trouveras à imprimer en cliquant ici), si tu ne peux pas les imprimer, tu peux aussi les dessiner
  • Des ciseaux
  • Une agrafeuse (facultatif)
  • De la bonne colle (idéalement une colle blanche qui sèche vite type colle de reliure)

Consignes:

1 – On découpe!

Après avoir imprimé les images de châteaux et d’usines que tu peux trouver en cliquant ici, choisis les parties qui t’intéressent, et découpe-les.

Attention, tu dois laisser dans le bas un onglet qui te servira à mettre la colle et coller sur le sol (si c’est trop tard pas de souci, prends des petits morceaux de papier pliés en deux)

N’oublie pas l’onglet (la partie blanche avec la croix)

Pour faire tenir un morceau du château debout, il faut le plier en deux (et couper l’onglet au niveau du plis).

2 – 1,2,3 coloriez!

Une fois que tu as tout découpé, n’hésite pas à mettre plein de couleurs (en effet, le roi Rutabaga adorait la couleur)! Tu peux aussi découper dans le papier coloré des parties du château que tu inventes.

Et n’oublie pas de faire le monstre!

Tout est fini? Super! c’est maintenant que ça devient un peu difficile…

3- Et on assemble!

Avec la colle (ou l’agrafeuse) assemble les différentes parties du château ensembles, et puis mets de la colle sur les onglets, et colle le tout sur le morceau de carton (le sol).

Et voilà!

C’est ici la version de base, à toi d’imaginer des variantes. Et si tu as beaucoup de temps devant toi, tu peux faire un château plus grand, et décorer le sol…

Voici quelques réalisations de mes élèves:

Articles similaires: